Le président du SCA veut plus de moyens

Après l’assemblée générale, place aux besoins pour la formation

Alors que la convention entre le secteur pro et l’association est en attente de signature, le président de cette dernière, Gérard Mariou, qui devait être réélu mardi, a haussé le ton lors de l’assemblée générale lundi soir : « Donnez-nous les moyens de former des jeunes, de former nos jeunes. Cela coûtera moins cher que d’acheter des pros, qu’ils soient Français ou étrangers, et qui n’auront jamais le même amour de notre maillot. La victoire de nos U20 en Coupe du Monde en est la plus belle preuve, avec Adrien Ségure, arrivé au club en 2010, en minimes, et parti l’année dernière pour Lyon.»

Et le président Mariou, qui bouclait sa cinquième saison à la tête du secteur amateur et ses 560 licenciés, de poursuivre son appel : «Les associations supports savent travailler, savent former, à condition de donner les moyens nécessaires à nos éducateurs et entraineurs. Il est regrettable que certaines personnes, qui vivent en dessus de leur moyens, ne puissent se projeter sur du long, voire même sur du moyen terme. » Ambiance. De même, lors de son discours, l’assureur albigeois regrettait « le départ de Julien Guiard. Malheureusement, le nécessaire n’a pas été fait pour qu’il puisse rester dans de bonnes conditions, et amener à terme le projet de club sur lequel il a tant travaillé. »

La future plaine des sports attendue

Pour autant, Gérard Mariou se félicitait des résultats des espoirs, finalistes malheureux du championnat de France (6-9 contre Royal), malgré une déception d’une défaite amère avec un arbitrage controversé. « Deux titres qui nous échappent à la 83e minute en quatre ans, cela fait beaucoup. Mais je suis très fier de notre équipe Espoirs. »
Enfin, le président Mariou appelait de ses voeux la future plaine des sports (devant les élus Michel Franques et Muriel Roques-Etienne) et la convention avec le lycée Fonlabour (qui va héberger l’académie et le centre de perfectionnement). Il rappelait organisation des demi-finales de la Coupe d’Europe des U18, des championnats de France Seven, durant 2 années, avec retransmission TV. « Ces manifestations ont fait parler d’Albi en France mais également en Europe… »

BRUNO MASAROTTO pour le Journal d’ici